Le Groenland à cheval
Europe

Randonnée à cheval au Groenland

Partez pour un séjour à cheval au Groënland, à la rencontre de ses habitants chaleureux et de ses glaciers sompteux qui se dressent au loin. A cheval au bord des fjords, les randonnées dynamiques sont guidées par des chevaux islandais et des guides fiers de leurs terres natales, dont ils vous partagerons les secrets et légendes.
Voir tous nos voyages

L'avis des cavaliers

  • Randonnée dans les terres du Groenland
    juillet 2018 Clara 22 ans
    Un très beau voyage. Les paysages sont grandioses. Piitaq et Naasu sont des gens très accueillants et très gentils. Les chevaux sont adorables, avec chacun leur caractère. Ma seule déception est de n'avoir majoritairement fait que du pas sauf le dernier jour où nous avons essayé le tölt. Des allures un peu plus... Lire en entier
    Découvrir ce voyage équestre
  • Randonnée dans les terres du Groenland
    juillet 2017 Olivia 33 ans
    J'ai passé un très bon séjour au Groenland, les paysages sont a couper le souffle, l’équipe est très sympa et les chevaux sont parfaitement adaptes a leur environnement. Straumdiss etait une super jument, le pied sur, confortable et avec un tres bon temperament.
    Découvrir ce voyage équestre
  • Les glaciers du Groëland à cheval
    A cheval au pied des glaciers au Groënland
  • Chevaux au Groeland
    Cheval islandais et son poulain
  • Groenland à cheval
    A cheval dans le sud du Groënland
  • cavaliers au Groenland
    Chevaux au Groenland
  • Séjour équestre au Groënland
    Traversée des fjords entre les icebergs
  • Séjour à cheval au Groënland
    Randonnée équestre au Groënland
  • Groenland et vestiges
    Vestiges des civilisations
  • Paysage et Groënland
    Paysages nordiques du sud du Groënland
  • Mouton et Groënland
    Moutons de la ferme
  • Groenland et Aurore boréale
    Aurore boréale dans le ciel groënlandais

Visa & santé

Formalités

Pour ce pays :
Pour les ressortissants d'Europe doivent disposer d'un passeport ou d'une carte d'identité en cours de validité. Le Groënland applique les mêmes règles que l'entrée au Danemark. Pas besoin de visa. En revanche, visiter le nord du Groenland, et plus spécifiquement la région de Thulé, nécessite une autorisation auprès du ministère des Affaires étrangères danois.

PASSEPORT POUR UN MINEUR
Passeport d’un mineur - http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

SORTIE DE TERRITOIRE DES MINEURS
Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.
Pour faire une demande d'autorisation de sortie du territoire, la personne qui détient l'autorité parentale doit se présenter à l'antenne de police administrative de son arrondissement afin de signer un formulaire d'autorisation.
Autorisation parentale - http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1359.xhtml


Il est de votre seule responsabilité d'obtenir votre passeport ou votre carte nationale d'identité et de vous conformer à la réglementation d'entrée dans ce pays. En aucun cas notre responsabilité ne pourra être recherchée si vous ne pouvez pas partir pour absence de documents d'identité en règle.

Conseils pour l'obtention du visa

Néant.
Les informations mentionnées ne sont qu'indicatives pour les ressortissants Français. Elles peuvent être sujettes à modification sans préavis de la part des autorités concernées. Il est donc prudent de les vérifier auprès du consulat systématiquement avant d'envoyer votre dossier.

Adresses des consulats

  • Ambassade de France au Danemark
    Kongens Nyrtov 4
    1050 Copenhague
    Tél. :
    Fax :
  • Ambassade de Groëland en France
    77 avenue Marceau
    75116 Paris
    Tél. : 01 44 31 21 21
    Fax : 01 44 31 21 21
    paramb@um.dk
  • Ambassade de France au Groënland
    Kimmernat 19, P.O.Box7090
    3900 Nuuk
    Tél. : 00 299 32 27 37 / 00
    Fax : 00 299 32 38 68
    hera008@gmail.com

Santé

Pour ce pays : Aucune vaccination obligatoire n'est demandée mais nous vous recommandons d'être à jour des
vaccinations courantes (diphtérie, tétanos, typhoïde, polio). Pour faciliter la prise en charge d'éventuels soins sur place,
il est conseillé de se munir de sa carte européenne d'assuré social délivré par la Sécurité Sociale.

Il est conseillé de se munir de la carte européenne d'assurance maladie à demander à votre caisse d'assurance maladie au moins 15 jours avant le départ

Assurance

Vous devez absolument être assuré en assistance et rapatriement pour participer à nos voyages.

Nous vous proposons une assurance MULTIRISQUES comprenant l'annulation, l'interruption et l'assistance rapatriement pour tous les pays du monde où nous voyageons. En cas d'incident au cours du voyage, les accompagnateurs connaissent bien les procédures de rapatriement ou d'assistance. Leur mise en jeu est ainsi largement facilitée.

Si vous ne souscrivez pas notre assurance MULTIRISQUES, nous vous demandons de signer une décharge de responsabilité et de vérifier que vous êtes assurés par ailleurs. Vérifiez les garanties souscrites et les processus de déclenchement, emportez avec vous le numéro de téléphone d'urgence de votre assurance.

Enfin, faire une liste chiffrée du contenu de votre sac peut également être une bonne précaution en cas de destruction ou de perte de celui-ci !

Informations pays

Carte d'identité du pays

Population : 56 282 habitants
Langues : groenlandais (dialecte inuit) et danois, Anglais pratiqué dans les zones les plus touristiques
Capitale : Nuuk
Chef d'état : Reine Margrethe II
Régime Politique : Monarchie constitutionnelle, système de gouvernement parlementaire
Religion : Christianisme protestant. Le chamanisme est également pratiqué.
Superficie : 2 166 086 km²
Capitale : Nuuk

Données socio-économiques

Comparé à la plupart des pays industrialisés, le Danemark a conservé un secteur agricole important et diversifié.
Mais c'est grace à sa production industrielle que le pays fait le plus gros de son PIB. Elle repose sur la transformation des métaux, l'électronique, les produits chimiques et la biotechnologie, l'industrie du papier et de l'impression, le ciment et les biens d'équipement de la maison (une longue tradition).
Depuis la découverte de réserves de pétrole et de gaz naturel en mer du Nord dans les années 1980, la production a augmenté pour satisfaire partiellement aux besoins énergétiques. Le Danemark vise le « tout énergies renouvelables » d’ici à 2050.

La principale faiblesse structurelle de l’économie danoise tient à sa dépendance vis-à-vis des exportations. Elles sont vitales pour ce pays à la demande intérieure forcément limitée. La crise de 2008 est venue, comme ailleurs, entraîner une contraction de l’économie. Cependant, après deux années de récession, la croissance danoise est vite repassée dans le vert, et le pays a vu son taux de chômage se résorber : 5,2 % en 2014, contre environ 11 % pour l’ensemble de l’Union européenne.
De bons résultats en partie trompeurs. La récente réduction de la durée d’indemnisation des chômeurs en a fait sortir un nombre indéterminé des statistiques... Pas de quoi pour autant pousser les Danois à adopter l’euro.
Avec le Royaume-Uni, le Danemark est le seul État de l'Union à avoir obtenu une clause qui lui permet de rester indéfiniment en dehors de la zone euro... L’idée d’un référendum est régulièrement avancée par différents partis politiques, mais pour l’heure, le pays s’accroche donc à la couronne.


Histoire

930 : découverte du Groënland par Gunnbjörn Ulfsson,

982 : début de l'exploration et colonisation des terres par Erik le Rouge.

1000 : début de la christianisation.

1250 : arrivée des Inuits par le détroit de Smith. Ils développent la culture de Thulé.

1261 : le Groenland reconnaît la souveraineté norvégienne en échange de l'assurance d'être visité par deux bateaux par an. Le commerce avec le Groenland devient alors un monopole royal.

1380 : la Norvège, et donc le Groenland, passent sous domination danoise.

1491-1492 : visite du navigateur portugais Joao Fernandes Lavrador.

1576 : redécouverte du Groenland par Martin Frobisher qui y trouve des Inuits et des ruines

1721 : Organisation d'une expédition missionnaire des autorités danoises au Groënland. Conversion des Inuits et établissement de colonies commerciales.

1862-1863 : premières élections démocratiques pour des assemblées de districts.

1911 : création de deux assemblées pour le Nord et le Sud.

1940 : occupation du Danemark par l'Allemagne qui marque le détachement social et économique du Groënland vis-à-vis du Danemark.

1941 : débarquement de deux bateaux de guerre allemands provocant la signature d'un traité entre Henrik Kauffmann (ambassadeur danois aux Etats-Unis) et les Etats-Unis les autorisant à établir des bases militaires au Groenland.

Après la Seconde Guerre Mondiale : le Danemark reprend le contrôle du Groënland.

1950 : le Groenland est ouvert au libre commerce, le monopole danois sur el commer est aboli.

1951 : réunion des deux assemblée pour n'en former plus qu'une seule, permettant au Groenland de se doter d'un parlement.

1953 : Transformation du statut, passage de "colonie" à "pays d'outre-mer"

1979 : Acquisition de son autonomie

1985 : Sortie de la communauté économique européenne (CEE)

1985 : Adoption du drapeau du Groenland.

Géographie

Situé au nord-est de l'Amérique du Nord, à la frontière du Canada et de l'Islande, le Groënland est un territoire autonome du Royaume du Danemark. La calotte glaciaire représente plus de 80 % du territoire de l'île, dont l'épaisseur peut aller jusqu'à 3 kilomètres de glace au centre. Les paysages du Groênland se caractérisent par une végétation de toundra, de somptueux glaciers et des fjords à couper le souffle. La région du sud, plus à l'abri des vents, développe de magnifiques forêts de bouleaux et de saule, où ours bruns, lapins et canards vivent paisiblement.

Peuple, culture et traditions

Mode de vie et traditions Inuits

Les inuits utilisent ce que leur fournit leur environnement : animaux, glace, pierres. Leur alimentation les aide à résister au froid, mais leur véritable adaptation est culturelle : vêtements, raquettes, traîneaux, kayaks, stratégies de chasse, etc.

Un peuple nomade

Le rythme des saisons et la nécessité de s'adapter à l'environnement sont étroitement liés au mode de vie nomade adopté par les Inuits. L'alimentation est essentiellement basée sur la chasse qui impose des déplacements continus, ceux-ci étant plus importants durant la période estivale. Ils parcourent différents couloirs de circulation en fonction des ressources disponibles. Les endroits traversés sont nommés selon les caractéristiques du terrain et servent de points de repère. Cette toponymie est essentielle pour éviter de se perdre et son importance en fait un élément clé de la culture inuit, séparant le monde nommé de ce qui ne l'est pas. La sédentarisation ne faisant plus appel à ces savoirs, ceux-ci se perdent. Ils ne sont plus transmis par la langue et la culture inuit, même si un regain d'intérêt pour le territoire permet d'en conserver quelques éléments.

Des chasseurs et des pêcheurs

L'introduction des armes à feu au 19e siècle et du motoneige il y a quelques dizaines d'années a bouleversé les pratiques de chasse. Néanmoins, celle-ci est toujours pratiquée par 80% de la population inuit, même s'il ne s'agit plus d'un emploi à temps complet mais d'un complément à un emploi salarié. La chasse fournissait la nourriture ainsi que les matériaux nécessaires pour la fabrication des outils, des logements et des vêtements. Le mode de vie inuit permettait de préserver l'équilibre fragile du milieu dans lequel ils évoluaient tout en y prélevant ce dont ils avaient besoin. En hiver, ils chassaient les mammifères marins et se déplaçaient vers l'intérieur des terres en été pour chasser le caribou, pêcher des poissons d'eau douce, attraper des oiseaux et ramasser des œufs, des baies et des herbes.

Organisation sociale

La cellule familiale était constituée d'un couple et des ses enfants non mariés ainsi que des parents proches et des parents par alliance. Les hommes construisaient les maisons, chassaient et pêchaient tandis que les femmes s'occupaient des peaux et de la fabrication des vêtements. Le rassemblement de plusieurs familles formait le groupe de chasse dont la taille était liée à la richesse de la région. En cas de pénurie, le groupe pouvait se scinder en unités plus petites pour augmenter ses chances de survie. Les enfants étaient traités avec douceur et leur éducation se faisait par l'imitation et l'expérimentation. Les communautés agissaient avec coopération et chacun était dans l'obligation d'aider son prochain.

La cuisine

La pêche et la chasse fournissent des aliments qui sont consommés crus. On trouve également des plats cuisinés comme du bouillon de renne ou des plats à base de viande d'ours ou de phoque ainsi que des galettes faites de farine, de levain et de graisse de phoque. Une des spécialités est l'akutaq : il s'agit d'une glace composée de gras de phoque, de baies et d'herbes qui sont longuement remués à la main. Un plat traditionnel d'hiver, le kiviak, est avant tout un aliment de survie lorsque la nourriture est rare et la chasse dangereuse. Il se prépare en remplissant une carcasse de phoque avec des pingouins que l'on laisse ensuite fermenter pendant plusieurs mois.

La langue inuit

La langue inuit appartient à la famille des langues eskimo-aléoutes. Il s'agit plus particulièrement d'un continuum linguistique qui se subdivise en plusieurs variétés. La transmission des savoirs (mythes, récits, chants, formules chamaniques) se faisait oralement. Ce n'est qu'aux 18e et 19e siècles que la langue inuit devient écrite avec l'arrivée des missionnaires. Elle se caractérise par un assemblage de suffixes sur un radical aboutissant à la formation de longs « mots-phrases ».

La mythologie

Les pratiques religieuses traditionnelles des Inuits consistent en une forme de chamanisme basé sur des principes animistes. Toutefois, les rituels et les tabous inuits sont tellement liés à la culture de précaution et de protection imposée par leur environnement hostile qu'on peut se demander s'ils ont vraiment des croyances ou une religion. En fait, c'est la peur qui domine, au-delà des croyances.

Au commencement du monde, il y avait un homme et une femme. La femme demanda au dieu du ciel, Kaïla, de peupler la terre. Il l'envoya creuser un trou dans la banquise d'où elle sortit tous les animaux. Le dernier fut le caribou, cadeau de Kaîla, qui nourrirait les Inuits et dont la peau leur permettrait de se vêtir et de confectionner des tentes. Mais à force de chasser les plus beaux caribous, il ne resta que les plus faibles et les malades. Kaïla alla rendre visite à Amarok, l'esprit du loup, et lui demanda que ses enfants mangent les caribous en mauvaise santé afin que les troupeaux redeviennent nombreux avec des caribous gros et gras.

Les Inuits croyaient que comme les humains, toute chose possède une âme (anirniq, le souffle) qui perdure après la mort. Leur alimentation est donc constituée d'âmes qui peuvent se venger. La pratique de rituels et les coutumes, sous la direction du chaman, servent à apaiser ces esprits. D'autre part, l'anirniq fait partie d'un tout et en prenant le nom d'un anirniq les Inuits peuvent emprunter ses pouvoirs ou ses caractéristiques. D'autres esprits, les tuurngait, ne sont pas liés à des corps physiques. Ils sont maléfiques et responsables des malheurs qui peuvent arriver. Ils peuvent également posséder les humains. Les chamans peuvent les combattre et les éloigner mais également les capturer et s'en servir pour combattre les tuurngait libres.

Les arts

L'inukshuk est un empilement de pierres formant un repère directionnel. On le retrouve dans l'art inuit où il est devenu un thème récurrent à la limite de l'abstraction et de la figuration. Les artistes inuits suivent une démarche spirituelle qu'ils expriment par les sculptures sur ivoire de morse, cornes de caribou ou os de baleine. La musique traditionnelle est soit une musique vocale, soit une musique à danser. Elle se caractérise par un chant récitatif et est accompagnée de tambours. On la retrouve dans les cérémonies chamaniques pour la chasse ou le jeu mais également lorsqu'il s'agit de chanter une berceuse à son enfant. Le chant de gorge consiste en une joute oratoire entre deux femmes se faisant face. L'une chante une forme rythmique et l'autre l'accompagne jusqu'à ce que les voix se confondent et que l'une des deux femmes s'essouffle ou se mette à rire.

Savoir-vivre et coutumes

Le Danemark est à la fois le pays le plus égalitaire d'Europe et celui qui possède les lois sociales les plus protectrices. La répression, sous n'importe quelle forme, y est rare.

Les Danois sont très modestes et refusent souvent de montrer un quelconque signe extérieur de richesse. Cela ne signifie pas que la mode ne joue pas son rôle, mais l'élitisme n'est pas ici une option. Les banlieues sont plutôt uniformes et tristounettes et si les intérieurs danois sont très chaleureux, c'est qu'on y passe beaucoup de temps...

Quelques mots d'échange

Quelques mots d'échange en groenlandais :

Bonjour : kutaa [kouta-a]
Au revoir : inuulluarit [inouchlouarit]
Merci : qujanaq [krouyanak]
Oui : aap [aap], suu [souuu]
Non : naamik [na-amik]

Bibliographie

Guide

Littérature

- Les survivants du Groêland - Paul émile Victor