Asie > Kirghizie

Découvrez les randonnées à cheval en Kirghizie

Partez à cheval en Kirghizie et découvrez cet environnement naturel incomparable. Ces territoires, en grande partie montagneux, où évoluent mouflons et marmottes, abritent de vastes étendues ponctuées de lacs et de rivières et cernées de sommets enneigés culminant à plus de 7 000 m. La rencontre avec des peuples secrets et chaleureux vaut à elle seule ce voyage à cheval en Kirhgizie: le koumys partagé avec un berger, un sourire offert sous la yourte...
Voir tous nos voyages

L'avis des cavaliers

  • Les chevaux célestes
    août 2019 Isabelle 50 ans
    Un des rares voyages où vous rencontrerez l'authentique hospitalité. Karragere. tres "chaud" mais pied sur et en avant tout le temps sur tout terrain
    Découvrir ce voyage équestre
  • Les chevaux célestes
    août 2019 Solene 38 ans
    Des paysages grandioses, une équipe d'une très grande gentillesse, une organisation parfaite, un cheval sûr, rapide et dans lequel j'ai eu toute confiance. Un vrai coup de coeur pour la famille qui nous a accueillie, et pour ce pays magique.
    Découvrir ce voyage équestre
  • Les chevaux célestes
    août 2019 Arnaud 37 ans
    Dépaysement total, une équipe adorable, des chevaux très sûrs et des paysages inoubliables ! il s'appelle Blue, il était très sûr et très gentil. Le laisser faire sa vie était le mieux à faire, un peu glouton mais l'herbe avait l'air si appétissante !!
    Découvrir ce voyage équestre
  • Les chevaux célestes
    juillet 2019 Jean Christophe 45 ans
    Le parcours était magnifique. En top, le col d'Arabel, le canyon d'Yshtyk et les passages en forêt. Les chevaux étaient d'excellente qualité. En revanche, le terrain est peu propice pour le galop. A comparer avec les chevaux semi-sauvages de l'an dernier en Mongolie, ce fut un vrai plaisir cette année. LEs chevaux ne... Lire en entier
    Découvrir ce voyage équestre
  • Les chevaux célestes
    août 2018 Constance 28 ans
    Un voyage fabuleux qui permet de rentrer les yeux chargés de magnifiques paysages. Les journées sont variées, les guides attentifs, les chevaux remarquables. En évoluant entre 2000 et 4000 mètres d'altitude, la diversité de la faune et de la flore est si riche que l'on ne voit pas les heures à cheval passer. Merci... Lire en entier
    Découvrir ce voyage équestre
  • Cavalier et yak en Kirghizie

Visa & santé

Formalités

Les voyageurs doivent être en possession d’un passeport d’une validité de 6 mois au MINIMUM.
Vérifiez impérativement votre passeport. Prenez, en cas de vol, une photocopie des premières pages.
Pas besoin de visa pour les ressortissants Français, Belges et Suisses pour la Kirghizie.
Assurez vous que votre passeport a été tamponné au moment de l'entrée sur le territoire.

Il est de votre seule responsabilité d’obtenir votre passeport et de vous conformer à la réglementation d’entrée dans ce pays. En aucun cas notre responsabilité ne pourra être recherchée si vous ne pouvez pas partir pour absence de documents d'identité en règle.

PASSEPORT POUR UN MINEUR
Dorénavant, les parents ne peuvent plus inscrire leurs enfants sur les nouveaux passeports.
Pour toutes les destinations, un mineur, quel que soit son âge, doit désormais posséder un passeport dont la validité est de 5 ans.
Voir la procédure: site Service- public https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F14930

Conseils pour l'obtention du visa

Pas besoin de visa pour les ressortissants Français, Belges et Suisses pour la Kirghizie pour des séjours touristiques inférieurs à 60 jours.

Adresses des consulats

  • Embassy of the Kyrgyz Republic in the UK
    Ascot House, 119 Crawford Street
    W1U 6BJ London
    Tél. : (020) 7935 1462
    Fax :
    mail@kyrgyz-embassy.org.uk
  • British Embassy in Bishkek, Kyrgyzstan
    21 Erkindik Boulevard
    Office 404
    720040 Bishkek
    Tél. : +996 (312) 303637
    Fax :
    ukin.kyrgyzrepublic@fco.gov.uk
  • Ambassade de France au Kirghizstan
    32, rue Orozbékova apt. 2
    720040 Bichkek
    Tél. : +(996) 312 97 97 14
    Fax :
    cad.bichkek-amba@diplomatie.gouv.fr
  • AMBASSADE DU KIRGHIZSTAN
    47, Rue de l'Abbaye / Abdjistraat
    B-1050 BRUXELLES
    Tél. : 00322 640 18 68
    Fax : 00322 640 01 31
    kyrgyz.embassy@skynet.be

Santé

Recommandations sanitaires :
Avant votre départ, nous vous conseillons de consulter votre médecin, qui seul pourra vous fournir des indications fiables sur votre état de santé général, et qui fera un point sur vos vaccinations habituelles ainsi que sur les vaccinations recommandées pour votre destination.
Sur les sites suivants, vous trouverez des conseils à suivre avant votre départ :
O.M.S - http://www.who.int/fr/
Institut de veille sanitaire - http://www.invs.sante.fr/
Institut Pasteur - http://www.pasteur.fr

La majorité des hôpitaux ont un service pour les maladies infectieuses et tropicales. Pour plus d'informations, veuillez consulter celui le plus proche de chez vous.

La responsabilité de Cheval d'Aventure ne saurait être engagée dans le cas où vous devriez rentrer en France à cause du non respect de ces obligations personnelles de santé.

Pour ce pays :
Pas de vaccins obligatoires. Mais il est fortement conseillé d’être à jour des vaccinations courantes (tetanos, diphtérie, poliomyelite, typhoïde). Vaccination conseillée contre les hépatites A et B.

Assurance

Vous devez absolument être assuré en assistance et rapatriement pour participer à nos voyages.

Nous vous proposons une assurance MULTIRISQUES comprenant l'annulation, l'interruption et l'assistance rapatriement pour tous les pays du monde où nous voyageons. En cas d'incident au cours du voyage, les accompagnateurs connaissent bien les procédures de rapatriement ou d'assistance. Leur mise en jeu est ainsi largement facilitée.

Si vous ne souscrivez pas notre assurance MULTIRISQUES, nous vous demandons de signer une décharge de responsabilité et de vérifier que vous êtes assurés par ailleurs. Vérifiez les garanties souscrites et les processus de déclenchement, emportez avec vous le numéro de téléphone d'urgence de votre assurance.

Enfin, faire une liste chiffrée du contenu de votre sac peut également être une bonne précaution en cas de destruction ou de perte de celui-ci !

Informations pays

Carte d'identité du pays

Intitulé officiel : République kirghize
Capitale : Bichkek (670 000 hab.)
Superficie : 198 500 km2
Population : 5,5 millions
Peuples et ethnies : 64,9% de Kirghiz, 13,8% d'Ouzbeks, 12,5% de Russes

Langue : kirghiz, ouzbek, russe
Religion : 75% de musulmans, 20% d'orthodoxes
Régime politique : république parlementaire
Président : Almazbek Atambaïev
Le saviez-vous ? : Pays de hauts cols que traverse la route de la soie, ses sites chamaniques ou religieux, ses caravansérails et villages cosmopolites enrichissent de belle manière une nature de caractère.
Le saviez-vous ? : La sécheresse de l’air efface toute nébulosité, rend le moindre détail visible à des kilomètres. La nuit, si l’on lève le regard par le trou central de la yourte, on voit plus d’étoiles que nulle part ailleurs. Le ciel a la transparence du cristal le plus pur.
Le saviez-vous ? : Les paysages sont ceux des hautes steppes et des montagnes géantes de l’Himalaya, du Kun Lun et du Pamir qui portent les plus grandes montagnes de la planète. On pourra y parcourir des dizaines de kilomètres dans une solitude totale.
premier ministre : Temir Sarïev

Données socio-économiques

-  PIB : 12,09 milliards $US
- PIB par hab. : 2 200 $US
- Croissance : 2%
- Inflation : 6,9%
- Chômage : 18%
- Principales activités : coton, textile, agriculture (élevage et culture de pommes de terre...), or et métaux rares, tabac
-  Principaux partenaires : Chine, Russie, Kazakhstan, Ouzbékistan, Suisse.

Histoire

Les premiers habitants du Kirghizistan actuel étaient des tribus guerrières de Sakas (aussi connus sous le nom de Scythes), qui occupèrent le pays du VIe siècle av. J.-C. au Ve siècle de notre ère. Ce fut sans doute chez eux qu'Alexandre le Grand rencontra la plus grande résistance à son avancée en Asie centrale au cours du IVe siècle av. J.-C. De riches reliques en bronze et en or ont été découvertes sur des sites scythes au lac Yssyk-Köl et dans le sud du Kazakhstan.
Du VIe au Xe siècle, la région était sous le contrôle de diverses alliances turques, avec une population importante installée sur les rives du lac Yssyk-Köl. En 751, le Kirghizistan fut la scène d'une bataille clé de l'histoire, lorsque les Turcs, associés aux Arabes et aux Tibétains, parvinrent à chasser d'Asie centrale la puissante armée chinoise des Tang. Les ancêtres des Kirghiz actuels vécurent sans doute en Sibérie, dans le haut du bassin du Ienisseï, jusqu'au Xe siècle, où suite aux nombreuses invasions mongoles, ils commencèrent à migrer vers le sud, dans le Tian Shan (un mouvement qui s'accéléra encore avec l'arrivée de Gengis Khan, au XIIIe siècle). Le Kirghizistan actuel faisait partie de l'héritage du second fils de Gengis Khan, Chagatai.
En 1685, la paix fut brisée avec l'arrivée des impitoyables Mongols Oirats de Dzoungarie, qui amenèrent de nombreux Kirghiz à fuir vers le sud, dans le Tadjikistan actuel. Suite à la défaite des Oirats face aux Mandchous (Qing), les Kirghiz devinrent de facto sujets des Chinois mais, dans l'ensemble, ces derniers les laissèrent à leur vie de nomades. Au XVIIIe
siècle, les tentacules féodales du khanat de Kokand commencèrent à menacer les tribus kirghizes, mais ces dernières leurs résistèrent farouchement depuis leurs redoutes du Tian Shan. Voyant les Russes se rapprocher, plusieurs chefs kirghiz conclurent au XIXe siècle leurs propres accords de paix avec Kokand ou la Russie. Petit à petit, les forces russes
finirent par marcher sur la ville de Kokand, remportant une victoire décisive à Tachkent en 1865. Les Kirghiz, pour leur part, furent graduellement intégrés aux provinces tsaristes de Ferghana et Semireche.
La redistribution des terres aux colons russes ne rencontra tout d'abord pas beaucoup de résistance de la part des Kirghiz, cependant en 1916, éclata une révolte qui fut sauvagement réprimée par l'armée russe. En 1918, les terres kirghizes furent rattachées à la République socialiste soviétique autonome du Turkestan avant d'être elles-mêmes érigées en région autonome des Kara-Kirghiz en 1924 pour, finalement, recevoir le statut de république fédérée en 1936. Les réformes territoriales des années 1920 avaient entraîné la sédentarisation de nombreux nomades. Ce mouvement fut encore renforcé dans les années 1930, suite à une terrible campagne de collectivisation.
Malgré la majorité conservatrice à la tête du Kirghizistan lors de la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev, un mouvement en faveur de réformes sociales vit le jour, certains activistes allant même jusqu'à s'emparer des terres inexploitées pour y construire des logements. Ce furent d'ailleurs des questions de terre et de logements qui furent à l'origine des pires
violences "ethniques" qui eurent lieu en Asie centrale entre Ouzbeks et Kirghiz, en 1990, dans les environs d'Och. En février 1990, les élections organisées au Soviet suprême kirghiz virent, bien entendu, la victoire écrasante du parti communiste kirghiz (KCP), qui remporta la presque totalité des sièges. Après plusieurs scrutins, ce fut un physicien, Askar
Akaev, qui, dans un souci d'ouverture, fut nommé président.
Réformateur obstiné, Akaev entreprit la restructuration de l'appareil exécutif afin qu'il corresponde à son attitude libérale et mit en place des réformes considérées comme les plus radicales effectuées à ce jour dans une république d'Asie centrale.
En août 1991, le Soviet suprême kirghiz vota à regret l'indépendance du Kirghizistan. Six semaines plus tard, Akaev, sans concurrent, fut réélu président. À la fin de l'année, le Kirghizistan rejoignit la Communauté des États indépendants (C. E. I. ). En mai 1993, une nouvelle Constitution sonna la fin des derniers vestiges institutionnels de l'ère soviétique et, lors du référendum de 1994 et des élections de début 1995, Akaev et son programme économique remportèrent un large soutien.
L'année suivante, le Kirghizistan signa un accord de non-agression avec la Russie, la Chine, le Kazakhstan et le Tadjikistan.
Après les élections législatives des 27 février et 13 mars 2005, dont les résultats sont contestés par l'opposition, des manifestations ont lieues pour réclamer la démission du chef de l'Etat. Le 24 mars, Askar Akaïev, à la tête de la république du Kirghizstan depuis l'indépendance du pays, en 1991, est renversé en une journée et se réfugie à Moscou. Le peuple porte l'un de ses anciens premiers ministres, Kourmanbek Bakiev, au poste de président par intérim. L'homme promet notamment de mettre fin à la corruption qui gangrène le pays depuis de nombreuses années. Il sera élu le 10 juillet avec 88,92% des voix.
2006 - L'opposition organise de nombreuses manifestations afin d'obtenir une réforme constitutionnelle qui réduirait les pouvoirs du président. Après une victoire de courte durée, une crise institutionnelle permet à celui-ci de retrouver son statut initial.
2007 - Le 29 janvier, Azim Issabekov, ancien ministre de l’agriculture, est nommé Premier ministre.
2009 - Malgré les accusations de fraude électorale et de censure des médias, Bakiev est réélu président en juillet.
2010 - Les 6 et 7 avril, à Talas et à Bichkek, une manifestation antigouvernementale tourne à l’émeute. Les forces de l’ordre sont dépassées, et les manifestants prennent d’assaut les bâtiments gouvernementaux. Au final, les émeutes font 88 morts et plus de 500 blessés. Bakiev s’enfuit, et l’opposition kirghize met en place un gouvernement intérimaire dirigé par Roza Otounbaïeva. Le 19 mai, des tensions éclatent dans une université privée de Jalal-Abad, où les violences entre Ouzbeks et Kirghiz font 2 morts et d’innombrables blessés. Le 9 juin, les tensions interethniques embrasent les rues d’Och et de nouveau celles de Jalal-Abad. Après cinq jours d’émeutes, on recense près de 200 morts et quelque 200 000 déplacés, principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées. L’Ouzbékistan autorise la moitié de ces réfugiés à franchir ses frontières avant de les fermer. Le gouvernement intérimaire de Bichkek, perd le contrôle d’Och et réclame l’aide de la communauté internationale. Les violences se sont tues, mais la situation reste tendue, et des milliers de réfugiés cherchent encore asile à la frontière.

Géographie

GENERAL :
À peine plus grand que l'Autriche et la Hongrie réunies, le Kirghizistan est un pays très cloisonné, bordé par le Kazakhstan au nord, la Chine à l'est, le Tadjikistan au sud et l'Ouzbékistan à l'ouest. Près de 95% du territoire est montagneux, dont quasiment la moitié au-dessus de 3 000 mètres et les trois quarts continuellement couverts de neige ou de glaciers. Dans le Sud-Est, la crête du système montagneux du Tian Shan est formée par le spectaculaire massif du Kakchal-Tau, extraordinaire frontière naturelle entre le Kirghizistan et la Chine, culminant au pic Pobedy (7 439 m), le plus haut point du pays. La frontière sud avec le Tadjikistan longe la chaîne du Pamir. Profond de presque 700 mètres, le lac Yssyk-Köl se trouve dans une grande dépression au bord du Tian Shan, à l'est du Kirghizistan.

FAUNE ET FLORE :
Bien que l'Asie centrale ne soit pas exempte de problèmes écologiques, les voyageurs ont de bonnes chances d'y voir une faune et une flore des plus originales. Dans les montagnes du Kirghizistan s'étendent de vastes prairies dans lesquelles les voyageurs peuvent parfois voir courir des antilopes par la fenêtre de leur bus ou de leur train. Les marmottes et les pikas servent de proies aux aigles et aux gipaètes barbus tandis que les quelques léopards des neiges chassent le bouquetin sur les pentes rocheuses. Les épicéas, les mélèzes et les genévriers des forêts du Tian Shan abritent des lynx, des loups, des sangliers et des ours bruns. En été, les fleurs sauvages offrent un véritable festival de couleurs.

Peuple, culture et traditions

COUTUMES :
Peuples d'origine nomade, les Kirghiz ont encore aujourd'hui conservé un attachement très fort avec leur mode vie ancestral rythmé par les saisons. Pour preuve la place centrale qu'occupent le cheval et la yourte. La yourte, tente circulaire utilisée depuis le VIe siècle, est le refuge des familles qui montent dans les alpages à la belle saison. Les Kirghizes sédentarisés continuent par ailleurs à vivre dans leur appartement comme s'il s'agissait d'une yourte. Le cheval est central dans la vie des nomades. Parmi les nombreux jeux équestres communs aux peuples nomades d'Asie centrale, le kyz-kuu (« rattraper la fille ») est une course qui oppose la gent féminine et la gent masculine : le garçon doit arriver premier tout en évitant les coups de cravache de la jeune fille. S'il gagne, il obtient un baiser de la belle. Une autre coutume, toujours en vigueur : les parents d'une famille nombreuse font don d'un de leurs bébés sevrés à un couple stérile.

ARTS :
La littérature centre-asiatique a traditionnellement été popularisée sous forme de chansons, de poèmes et d'histoires par des conteurs ambulants baptisés akyn. Toutefois, le Kirghizistan est aussi associé à une œuvre plus complexe : un cycle entier de légendes orales, long comme vingt fois l'Odyssée, contant les aventures d'un héros baptisé Manas. Certes, les légendes de Manas font partie d'une tradition beaucoup plus vaste et ancienne, mais elles sont surtout associées au peuple et à la culture kirghize depuis que des chercheurs russes les leur ont attribuées en tentant de bien séparer les différentes cultures d'Asie centrale. Bien que la tradition orale ait quasiment disparu, Manas reste une figure mythique de la culture kirghize. Le Kirghizistan a aussi donné naissance à deux célèbres écrivains contemporains : Chinghiz Aitmatov et Kazat Akmatov.

GASTRONOMIE :
Riz, savoureux assaisonnements, légumes, yoghourt et viandes grillées : la cuisine centre-asiatique ressemble à celle du Moyen-Orient ou de la Méditerranée. Les plats servis au Kirghizistan trouvent leur origine dans la cuisine nomade et sont donc principalement à base de viande (y compris d'abats), de produits laitiers et de pain. La cuisine kirghize n'est pas particulièrement subtile : on n'hésitera pas, pour relever un plat plutôt fade de viande et de pommes de terre, à servir à côté un second plat assez relevé qui vous mettra la bouche en feu. Omniprésent, le thé est le plus souvent servi avec du lait. En dépit de leur héritage musulman, la plupart des Kirghiz boivent de l'alcool, du moins avec leurs invités. Si vous n'aimez pas les alcools forts (en général, de la vodka), mieux vaut vous en excuser à l'avance. On vous servira aussi peut-être du kumys, lait de jument fermenté et légèrement alcoolisé, disponible uniquement au printemps et en été, lorsque les juments mettent bas. En revanche, le bozo (alcool épais et mousseux à base de millet fermenté) est disponible toute l'année.

RELIGION :
Le Kirghizistan est une république laïque dont la constitution garantit la liberté de culte. La religion dominante est l'islam sunnite. Comme chez l'ensemble des peuples nomades d'Asie centrale, la coutume nomade, adat, prévaut souvent sur la charia. Lors de la période soviétique, le christianisme de l'Église orthodoxe russe et l'islam étaient les religions principales dans le pays, les Russes étant généralement orthodoxes, alors que les Kirghiz, les Ouzbeks et les ethnies turcophones non slaves, étaient majoritairement sunnites. Depuis, sont apparues d'autres confessions - protestants, catholiques, témoins de Jéhovah ou secte hari krishna. Aujourd'hui, les musulmans représentent environ 65 % de la population, contre 25 % pour les orthodoxes et 10 % pour les autres confessions.
Presque tous les habitants du Kirghizistan sont musulmans, mais l'islam n'a qu'une influence mineure sur la population. Géographiquement isolées, les provinces du Sud sont souvent plus conservatrices et islamisées que celles du Nord, plus industrialisées et proches de la culture russe. Ces différences sont encore accentuées par des questions tribales certes anciennes, mais encore d'actualité. Le Kirghizistan n'a pas imposé la langue kirghize aux personnes ne la parlant pas (à la différence de l'Ouzbékistan avec l'ouzbek), et le russe est encore très pratiqué, en particulier dans le Nord.

Quelques mots d'échange

On compte une trentaine de langues parlées au Kirghizistan. Leurs origines sont altaïques (turque), indo-européennes, sino-tibétaines, caucasiennes, ouraliennes et coréennes. Le kirghiz et le russe sont les langues majoritaires et officielles, mais les minorités linguistiques représentent 47% de la population. Il y a plus de Kirghizes (64,9 %) que de locuteurs kirghiz (52,7 %). Le kirghiz officiel est celui du Nord, lequel a subi les influences du mongole et du kazakh, dont il est très proche. Le kirghiz du Sud a subi celles de l'ouzbek, du farsi et du tadjik. Inversement, il y a plus de russophones (30,3 %) que de Russes (12,5 %) car de nombreuses communautés minoritaires (Ukrainiens, Allemands, Biélorusses, Arméniens, Géorgiens, Tatars, Coréens, Kurdes ou Bachkirs) utilisent le russe comme langue de communication.

Bibliographie

Guide

"Asie centrale" éditions lonely planet

Petit Futé Kirghizistan 25 juin 2014 de Petit Futé

Petit Futé Kirghizistan 13 juin 2014 de Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette

Cartographie

Kirghizistan 1:750K voyage Carte géographique Gizi 2013 de GiziMapsHU

Tian Shan (Kirghizistan) 1:100 000 Trekking Carte, stratifié, GPS compatible TQ2014 de TerraQuest Editions

Littérature

Ekaterina Lousanova et Zemfira Salpagarova, Kirghizistan. Une république en Asie centrale, Olizane, Genève, 2001

Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Le Guide de l'Asie centrale : Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Nouvelles Éd. de l'Université, Paris, 2001

Kirghizstan, Éditions du Centre français du commerce extérieur, 1998

Bien choisir votre chevauchée

Bien choisir votre chevauchée

Une randonnée équestre en Asie Centrale est une merveilleuse aventure humaine à la rencontre des familles nomades, qui l'été venu, renouent avec leurs traditions. Quittant leurs villages avec chevaux, yourtes et troupeaux, elles s'installent dans les hautes vallées du Tian Shan ou du Pamir. En Kirghizie, Cheval d'Aventure s'appuie sur une équipe familiale très professionnelle pleinement engagée pour le renouveau des traditions équestres et de la culture nomade. Originaire du Tian Shan, cette fratrie a reconnu depuis quinze ans de nombreuses randonnées équestres et nous confère une véritable expertise dans la région.


Sur notre blog

Moins connue que la Mongolie et fortement imprégnée d’une tradition équestre millénaire, la Kirghizie est l’un des pays les plus beaux et les plus sauvages de toute l’Asie Centrale.

Lisez notre article sur le Mag des cavaliers voyageurs.