L'Equateur à cheval
Amérique du Sud

Randonnées à cheval en Equateur dans les Andes

Dans les Andes équatoriennes, où dominent l'escarpement du relief, la rigueur du climat et l'absence de clôtures, le maniement du bétail traduit toujours la splendeur des temps anciens. Le Chagras est profondément métis, à commencer par son nom d'origine quechua. Les randonnées à cheval en Equateur vous font découvrir des paysages variés et une culture héritée des Incas encore très prospère. Galop sur les hauts plateaux, baignade sur les rivages azurés du Pacifique ou découverte de la flore et de la faune endémique de l'archipel des îles Galàpagos. Un voyage à cheval en Equateur inoubliable !
Voir tous nos voyages

L'avis des cavaliers

  • Du Cotopaxi au Quilotoa
    ISABELLE, 55 ans, MONTFERRIER SUR LEZ
    Cette chevauchée en Equateur est magnifique, le volcan Cotopaxi est grandiose. Nous avons pu galoper à 4200 m d'altitude avec des chevaux très endurants, très sûrs et dont Gabriel, propriétaire et guide, s'occupe avec beaucoup de soins et de respect! Le Quilotoa est tout aussi magique! Les hébergements sont très...
    Découvrir ce voyage équestre
  • Du Cotopaxi au Quilotoa
    Dominique, 56 ans, cachan
    Une mention spéciale pour l'accueil à Bomboli, l'avenue des orchidées, et son message de préservation de la nature, une rencontre émouvante avec Osvaldo et Mariana. 12000 mètres de dénivelés cumulés, sur l'avenue des volcans, les chevaux l'ont fait! Infatigables du matin au soir dans tous les terrains. Il faut...
    Découvrir ce voyage équestre
  • Haciendas et Volcan Quilotoa
    Riccardo, 48 ans, ONEX
    Notre plus beau voyage à cheval. Le propriétaire, Gabriel, est d’une grande gentillesse, disponibilité, attention et professionnalisme. Il aime ses chevaux, qui sont très bien traités et tout simplement fantastiques. Une hacienda rustique confortable, la nourriture est très bonne et faite maison. Les paysages sont...
    Découvrir ce voyage équestre
  • Haciendas et Volcan Quilotoa
    Sophie, 56 ans, LEGE CAP FERRET
    Première aventure de randonnée à cheval...la route des volcans en Equateur...La plus forte expérience de ma vie malgré beaucoup de voyages dans le monde..
    Découvrir ce voyage équestre
  • Chevauchée dans les Andes sauvages
    Annie, 43 ans, GASSIN
    Super accueil par le senor Gabriel qui a été très attentionné durant toute la randonnée, personne amoureuse des chevaux et de son pays. Les chevaux sont bichonnés. Paysages magnifiques et de belles rencontres humaine ... Tout était parfait.
    Découvrir ce voyage équestre
  • Hacienda la Alegria
    Hacienda la Alegria
  • A cheval près des volcans en Equateur
    Chevauchée sur l'avenue des Volcans
  • Cheval en Equateur
    A cheval dans les Andes équatoriennes
  • Séjour équestre en Equateur
    Randonnée sur les toits de l'Equateur
  • Hacienda et randonnée en Equateur
    Randonnée à cheval en Equateur
  • Séjour à cheval et Equatoriens
    Rencontres - Séjour équestre en Equateur
  • Randonnée équestre en Equateur
    Séjour à cheval sur l'avenue des volcans
  • Equateur à cheval
    A cheval sur les anciennes terres Incas en Equateur
  • Les volcans d'Equateur et rando à cheval
    Sur les traces des volcans équatoriens
  • Fou à pieds bleus, Equateur
    Faune - Fou à pieds bleus
  • Chevaux en Equateur
    Randonnée à cheval en Equateur

Visa & santé

Formalités

Passeport et visas

A son arrivée sur le territoire, le voyageur doit être en possession d’un passeport dont la validité est de plus de 6 mois après la date de sortie. En cas de non respect de cette condition, le voyageur risque de se voir refuser l’entrée dans le pays.

Le visa n’est pas nécessaire pour un séjour touristique d’une durée égale ou inférieure à 90 jours (cette période maximum est calculée sur douze mois glissants). En cas de dépassement du temps de séjour autorisé (90 jours), tout étranger peut se voir placé en rétention administrative.

A l’entrée et à la sortie du pays les montants d’argent liquide d’au moins 10.000 usd doivent être déclarés. En cas d’absence de déclaration ou de fausse déclaration, le voyageur s’expose à une forte amende et à une peine d’emprisonnement.

Si vous voyagez avec des enfants mineurs, vérifiez les formalités de sortie du territoire les concernant. Vous pouvez demander des informations auprès de la mairie de votre domicile, ou de la préfecture et consulter le site :
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

Pour ce pays :
À ce jour, un visa n’est pas nécessaire pour les ressortissants Français pour un séjour d'une durée égale ou inférieure à 90 jours.

SI VOUS VOYAGEZ VIA LES ETATS-UNIS

1/ Détenir un type précis de passeport :
• Soit un passeport BIOMETRIQUE en cours de validité et valable 6 mois après votre retour
• Soit un passeport à lecture OPTIQUE (modèle DELPHINE, délivré en France depuis 2001), émis avant le 26 octobre 2005, en cours de validité et valable 6 mois après votre retour
Par conséquent, seront soumis à visa les porteurs de passeports ancien modèle, quelle que soit leur date de délivrance, ou de passeports à lecture OPTIQUE (modèle DELPHINE) délivrés le 26 octobre 2005 ou après cette date. IMPORTANT, dans ce cas, il est préférable de changer de passeport plutôt que d'entreprendre les démarches pour obtenir un visa, les démarches étant beaucoup plus longues et fastidieuses.

2/ Remplir une autorisation préalable sur Internet :
Autorisation - https://esta.cbp.dhs.gov/esta/
• OBLIGATOIRE : tous les voyageurs à destination des Etats-Unis par air ou par mer, devront remplir un formulaire, 1 semaine avant la date du départ minimum, identique à celui distribué dans les avions et remis à l'arrivée à l'agent de l'immigration. IMPORTANT : L'autorisation est à imprimer et devra être présentée avant l'embarquement et à l'arrivée sur le territoire américain, afin de faciliter le passage en douane. Depuis le 8/09/2010, cette demande est payante (14$/pers)

Conseils pour l'obtention du visa

Avant le départ:
- Consultez votre médecin.
- Souscrivez une assurance
- En cas de suivi d’un traitement régulier, munissez-vous de médicaments en quantité suffisante pour la durée du séjour.

Vaccinations :
- La vaccination contre la fièvre jaune n’est pas obligatoire, mais est vivement recommandée.

- La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (+/- coqueluche) est conseillée. De même, selon conditions d’hygiène et de durée du séjour, la vaccination contre les hépatites virales A et B, et la fièvre typhoïde.

- Enfin, dans certaines conditions de voyage, la vaccination préventive contre la rage peut être conseillée.

Dans tous les cas prenez l’avis de votre médecin ou d’un centre de vaccinations internationales.

Adresses des consulats

  • Consulat d'Equateur en Belgique
    Avenue Louise
    B-1050 Bruxelles
    Tél. : 2644 30 50
    Fax : 2644 28 13
  • Consulat et ambassade d'Equateur
    34 Avenue de Messine
    75008 PARIS
    Tél. : 01 45 61 10 04
    Fax : 01 42 56 06 64
  • Consulat d'Equateur à Marseille
    boulevard des Bassins-du-Radoub, Cap Pinède
    13002 Marseille
    Tél. : 04 91 02 55 55
    Fax : 04 91 58 52 59
  • Ambassade de France
    Calle General Leonidas Plaza
    107 y Patria
    QUITO
    Tél. : +593 (2) 294 38 00
    Fax : +593 9416 0662
    cancilleria.quito-amba@diplomatie.gouv.fr

Santé

Depuis plusieurs mois les cas de dengue et de chikungunya ont connu une augmentation importante sur le littoral du pays, et s’étendent désormais aux provinces d’Esmeraldas, de Manabi et de Guayas. Plusieurs milliers de cas sont recensés. Il convient donc de prendre toutes les mesures de précaution d’usage. En cas de survenance de maux de tête ou d’état fiévreux, il est impératif de s’adresser à un médecin et de procéder à des tests de dépistage, afin de se faire délivrer le traitement adéquat en fonction du virus effectivement inoculé.
Des cas de dengue, de choléra, de leptospirose, de leishmaniose et de méningite cérébro-spinale sont régulièrement signalés par les autorités sanitaires dans les provinces du littoral (Guayas, Los Rios, Manabi et Esmeraldas), ainsi qu’en Amazonie. Il est recommandé d’être vigilant lors des déplacements, en particulier durant la période des pluies, propice au développement de foyers infectieux.

Le paludisme est endémique au-dessous de 1500 mètres dans les provinces d’El Oro, Esmeraldas, Guayas, Manabi, Los Rios, Morona-Santiago, Napo, Pastaza, Sucumbios et Zamora-Chinchipe. Un avis médical et éventuellement un traitement préventif sont conseillés. Quito, les Galapagos et le centre du pays (zone andine d’altitude) ne sont pas concernés par le paludisme.

Recommandations sanitaires :

Avant votre départ, nous vous conseillons de consulter votre médecin, qui seul pourra vous fournir des indications fiables sur votre état de santé général, et qui fera un point sur vos vaccinations habituelles ainsi que sur les vaccinations recommandées pour votre destination.

Sur les sites suivants, vous trouverez des conseils à suivre avant votre départ :
O.M.S - http://www.who.int/fr/
Institut de veille sanitaire - http://www.invs.sante.fr/
Institut Pasteur - http://www.pasteur.fr


La majorité des hôpitaux ont un service pour les maladies infectieuses et tropicales. Pour plus d'informations, veuillez consulter celui le plus proche de chez vous.

La responsabilité de CHEVAL D'AVENTURE ne saurait être engagée dans le cas où vous devriez rentrer en France à cause du non respect de ces obligations personnelles de santé.

Pour ce pays :
Aucune vaccination obligatoire n’est demandée pour l’entrée en Equateur, mais nous vous recommandons vivement d’être à jour des vaccinations courantes, ainsi que celle de la fièvre jaune.
Hépatite A et B et Typhoïde recommandées.
Le traitement anti-Palu n’est nécessaire que si vous allez en Amazonie à - de 1200 m d’altitude. Le “palu” est une maladie grave contre laquelle il n’existe pas de médicament efficace à 100 %. Il est impératif de vous prémunir contre les risques du paludisme. En plus du traitement médical, essayez d’éviter les piqûres de moustiques en appliquant des produits répulsifs sur les parties découvertes du corps et en évitant de sortir non couvert après la tombée de la nuit.

Assurance

Vous devez absolument être assuré en assistance et rapatriement pour participer à nos voyages.

Nous vous proposons une assurance MULTIRISQUES comprenant l'annulation, l'interruption et l'assistance rapatriement pour tous les pays du monde où nous voyageons. En cas d'incident au cours du voyage, les accompagnateurs connaissent bien les procédures de rapatriement ou d'assistance. Leur mise en jeu est ainsi largement facilitée.

Si vous ne souscrivez pas notre assurance MULTIRISQUES, nous vous demandons de signer une décharge de responsabilité et de vérifier que vous êtes assurés par ailleurs. Vérifiez les garanties souscrites et les processus de déclenchement, emportez avec vous le numéro de téléphone d'urgence de votre assurance.

Enfin, faire une liste chiffrée du contenu de votre sac peut également être une bonne précaution en cas de destruction ou de perte de celui-ci !

Informations pays

Carte d'identité du pays

vice président : Jorge Glas
Intitulé officiel du pays : : République de l'Équateur (Ecuador)
Capitale : : Quito
Superficie : : 283 520 km²
Population : : 16 218 217 habitants
Peuples et ethnies : : 65% de métis, 25% d'Indiens, 7% d'hispaniques, 3% d'Africains
Langues : : espagnol, quechua et autres langues indiennes
Religions : : 95% de catholiques, 3% protestants, autres minorités chrétiennes
Institutions politiques : : démocratie présidentielle
Président : : Rafael Correa (élu en novembre 2006)
Le saviez-vous ? : Personne n’est parfait ! La Terre n’est pas une sphère parfaite, elle est applatie aux pôles et renflée à l’équateur. De ce fait, le sommet
du Chimborazo est le point à la surface du globe le plus éloigné du centre de la Terre.

Données socio-économiques

Population : 15 654 411 d’hab.
Croissance démographique : 2%
Espérance de vie : 74,8 ans
Taux d’alphabétisation : 92%
PIB (2013) : 91,41 Mds $
PIB par habitant (2013) : 10 609$
Taux de croissance (2013) : 4%
Taux de chômage (2013) : 4,15%
Sous-emploi : 52,6%
-  Principales activités : pétrole, bananes, crevettes, poisson, café
- Principaux partenaires : Etats-Unis, Amérique latine, Caraïbes, Union européenne

Histoire

Vers 12000 av. J.-C. :  Arrivée en Amérique du Sud des nomades asiatiques qui traversèrent le détroit de Bering il y a 25 000 ans. Quelques milliers d'années plus tard, ils seront rejoints par des émigrants venus des îles polynésiennes. Dans la région de Quito les signes les plus anciens d'une culture plus élaborée remontent à 3200 av. J.-C. et correspondent à la période Valvidia.
Epoque pré-inca :  Cette période se perd dans le temps et les légendes jusqu'au XIe siècle, lorsque dominent deux tribus : les Caras sur la côte et les Quitus sur les hauts plateaux. Ces derniers, pacifiques, sont conquis par les Caras et forment la nation Shyri, qui dominera les hauts plateaux jusqu'en 1300. La montée en puissance des Puruhas, habitants les hautes terres du Sud, est jugulée par le mariage d'une princesse shyri avec Duchicela, le fils du roi des Puruhas. La paix règnera pendant 150 ans.
L'empire inca :  Lors de l'essor de cet empire, les descendants de Duchicela dominent le Nord et les Cañaris gouvernent le Sud. Ces derniers se défendent contre les envahisseurs incas et il faudra quelques années à l'Inca Tupac-Yupanqui pour les soumettre. Encore aujourd'hui les Cañaris portent le deuil de leur empereur, marqué par le large et long ruban noir qui orne leur petit chapeau rond.
Huayna Capac, fils de Tupac-Yupanqui et d'une princesse cañari, succède à son père; il réprime les soulèvements et tente de conforter sa position en épousant Pacca, la fille de Cacha Duchicela, qu'il a vaincu. De cette union naîtra Atahualpa.
1526:  Année majeure dans l'histoire de l'Equateur : Huayna Capac meurt, laissant son royaume à ses deux fils, Huáscar à Cuzco et Atahualpa à Quito. L'empire inca est partagé. Le 21 septembre la première expédition espagnole accoste près de l'actuelle Esmeraldas, conduite par Bartolomé Ruiz de Andrade pour le compte de Francisco Pizzaro.
1527-1531:  La rivalité croît entre les deux fils de Huayna Capac. Après plusieurs années de guerre, Atahualpa bat son frère près d'Ambato.
1532-1535:  Pizzaro arrive, bien décidé à conquérir les Incas. Son avance sera rapide et dramatique. Bien que peu nombreux, les conquistadors, couverts d'armures, grimpés sur leurs chevaux et tirant du canon, sont considérés comme des dieux par les Indiens terrorisés. A la fin de l'année, Atahualpa, prêt à négocier avec les envahisseurs, arrive à Cajamarca (Pérou) le 16 novembre mais Pizzaro lui a tendu un piège. Les conquistadors massacrent son escorte mal armée et jettent l'Inca en prison. Pizzaro exige une rançon pour délivrer l'empereur, mais une fois en possession de quantités incalculables d'or, d'argent et d'objets de valeur, il condamne l'Inca à mort lors d'un procès inique ; Atahualpa sera exécuté le 29 août 1533.
Malgré la mort de l'Inca, les combats continuent pendant deux ans sous la direction de Rumiñahui, un général d'Atahualpa. Ce dernier est vaincu à Quito par Sebastián de Benalcázar à la fin de l'année 1534, mais rase la ville avant de l'abandonner. Quito est reconstruite et Rumiñahui sera exécuté en janvier 1535. Le seul site inca d'importance laissé intact se trouve à Ingapirca, au nord de Cuenca.
1535-1808:  Le frère de Francisco Pizzaro, Gonzalo, devient gouverneur de Quito en 1540. Dans l'espoir de conquérir l'Amazone et de trouver de l'or, Gonzalo envoie, en 1541, son lieutenant Francisco de Orellana. Ce dernier parviendra, le premier, à descendre le fleuve et à atteindre l'océan Atlantique. L'Equateur sera gouverné comme une province à partir de Lima (Pérou), puis à partir de Nueva Grenada (Colombie) pendant les premiers siècles de la colonisation. C'est une colonie paisible, où prospèrent l'agriculture et les arts. De nouvelles cultures sont introduites, comme celle de la banane (toujours florissante), ainsi que l'élevage. On construit des milliers d'églises et de monastères, dont les sculptures et les peintures trahissent les influences espagnoles et indiennes. Cette "école de Quito", que l'on peut admirer aujourd'hui, a marqué de manière indélébile l'architecture coloniale équatorienne.
Le système du huasipongo, véritable esclavage est encouragé. Au cours du XVIIe siècle, plusieurs soulèvements opposent les Indiens aux colons espagnols. L'un des héros de ces mouvements révolutionnaires est Eugenio Espejo. Brillant intellectuel, il obtient un doctorat à 20 ans, écrit des satires politiques, fonde un journal et meurt en prison en 1795.
L'indépendance :  La première tentative sérieuse pour libérer l'Equateur du joug espagnol est due à un groupe de partisans conduit par Juan Pío Montúfar. Le 10 août 1809, ils s'emparent de Quito. Vingt-quatre jours plus tard, les troupes royalistes reprennent le contrôle du pays. En octobre 1820, Simón Bolívar, le libérateur vénézuélien, soutiendra les habitants de Guayaquil pendant deux ans. Le maréchal Sucre, l'un des meilleurs officiers de Bolívar, livrera la bataille décisive le 24 mai 1822, battant les troupes royalistes à Pichincha et s'emparant de Quito. L'Equateur fait alors partie de la Gran Colombia (avec le Venezuela et la Colombie) avant de devenir indépendant en 1830.
1875:  Assassinat du président conservateur Garcia Moreno.
1912:  Lynchage du président libéral Eloy Alfaro.
1979:  Election démocratique de Jaime Roldos Aguilera. Il s'oppose à l'installation de sectes évangéliques chez les Indiens d'Amazonie et à la prospection pétrolière.
1981:  Décès dans un "accident" d'avion en 1981.
1984:  Le conservateur León Febres Cordero est élu à la présidence, suivi en 1988 par un social-démocrate, Rodrigo Borja.
1992:  Victoire d'un autre conservateur, Sixto Durán Ballén.
1996:  Présidence d'Abdalá Bucaram, élu en 1996, déposé et remplacé en juillet 1998 par Jamil Mahuad qui pratique une politique néolibérale.
2000:  En janvier, après l'annonce de la dollarisation de l'économie (1 $US valait alors 25 000 sucres !), le principal mouvement indigène (indien) du pays, la Conaie (Confederación de Nacionalidades Indígenas del Ecuador) et un groupe de colonels ont destitué le président et remis le pouvoir à Gustavo Noboa, l'ancien vice-président.
2001: Le sucre, monnaie du pays, cesse d'exister, au profit du dollar. L'Equateur, dont 70% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, renégocie sa dette.
2002: L'ex-putschiste Lucio Gutierrez, candidat de centre-gauche, sort vainqueur de l'élection présidentielle.
2004: Arrestation à Quito de Simon Trinidad, l'un des principaux chefs de la guerilla colombienne des FARC, extradé vers la Colombie.
2005: Le 20 avril, le président est destitué par un vote du Congrès et remplacé par le vice-président Alfredo Palacio. Il achève alors le mandat en cours jusqu'aux élections d'octobre et novembre 2006, où un nouveau président est élu : Rafael Correa qui entame un rapprochement avec Hugo Chavez et Evo Morales, les leaders de la gauche sud américaine.
2006: En août, le volcan Tunghurahua entre en éruption. Lave et cendre recouvrent pas moins de quatre provinces. Lors des élections de novembre, Rafael Correa, candidat de gauche, obtient 56,5% des suffrages.
2007: Le 15 janvier, Rafael Correa est officiellement investi et devient le nouveau président de la république. Il proclame aussitôt « un changement d’époque » : sa « révolution citoyenne » passe par la refondation des institutions (création d’une Assemblée constituante, après consultation référendaire), la lutte contre la corruption, une approche nationaliste de l’économie (renégociation de la dette et des contrats pétroliers avec les firmes privées), un fort volontarisme social (santé, éducation), le renforcement de la souveraineté nationale et régionale dans une optique « Bolivarienne », et une défiance affichée à l’égard des États-Unis. Et cela fonctionne puisque le Congrès, d'abord réfractaire, s'est décidé à approuver le 13 février le projet de referendum sur la convocation d’une Assemblée constituante. Celui-ci est remporté haut la main (81,7% de oui). Et l’élection, le 30 septembre, d’une Assemblée constituante de 130 membres marque un nouveau succès du Président Correa, dont la coalition présidentielle « Acuerdo Pais » écrase toutes les autre formations et s’assure d’une majorité confortable (80 sièges).
2008: Un référendum se tient en septembre. Une large majorité (64%) approuve la Constitution.
2009: Rafael Correa est réélu au 1er tour avec 51,8% des voix.
2010- une crise politique entraîne une mutinerie de la police. Le président Rafael Correa est mis en danger, mais les militaires rétablissent la situation.
2013 : Rafael Correa a été réélu président le 17 février 2013 avec 57,17% des voix.

Géographie

GÉNÉRAL
Comme son nom l'indique, l'Equateur traverse la ligne de l'équateur, dont le tracé passe dans le nord du pays. Délimité par la Colombie au nord et le Pacifique à l'ouest, il partage une longue frontière avec le Pérou au sud et à l'est. Quito, la capitale, se trouve dans une vallée andine, à 2 850 m d'altitude et à 22 km au sud de l'équateur. Guayaquil, seconde ville du pays et port important, se situe sur la côte sud, près de la frontière péruvienne.
Le pays peut se diviser en quatre régions : les basses terres côtières à l'ouest, les hauts plateaux andins au centre, les jungles du bassin amazonien à l'est et les îles Galápagos, à 1 000 km du continent. Les plaines côtières, autrefois couvertes de forêts, sont aujourd'hui ponctuées de plantations de bananiers, de palmiers et de cacaoyers et présentent peu d'intérêt touristique. Seules quelques poches préservées, comme la réserve de Maquipucuna, évoquent les majestueuses forêts du passé. Les hauts plateaux andins, véritable épine dorsale du pays, se composent de deux chaînes volcaniques, séparées par une vallée centrale où vit la majeure partie de la population. C'est là que se dresse le Chimborazo (6 310 m), le point culminant du pays.
A l'est des Andes, les basses terres amazoniennes, appelées Oriente par les Equatoriens, se couvrent d'un lacis quasi impénétrable de forêts tropicales. L'Amazone ne coule pas en Equateur, mais tous les fleuves qui prennent leur source à l'est des Andes l'alimentent.
Enfin, les îles Galápagos, mondialement connues, constituent le premier parc national du pays, renommé pour sa faune unique et peu farouche.

FLORE ET FAUNE
Grâce à la douceur de son climat et à la diversité de ses habitats (herbages alpins, marais côtiers, forêts tropicales), la faune équatorienne offre une diversité époustouflante. Les mammifères à eux seuls comptent 300 espèces, dont des singes, des paresseux, des lamas et des alpaccas. Les ornithologues viennent du monde entier pour admirer le condor des Andes, parmi les centaines d'autres espèces ; sur les 58 sortes d'oiseaux répertoriés aux îles Galápagos, plus de la moitié sont endémiques. De sérieuses menaces pèsent sur le Parc National et la Réserve marine des Galápagos suite au développement incontrôlé du tourisme et à la prolifération d'espèces envahissantes.

Peuple, culture et traditions

COUTUMES
Les salutations sont importantes, en particulier dans les hauts plateaux et la politesse est de rigueur. On s'embrasse et on se congratule facilement.
Le bruit fait partie intégrante de la vie quotidienne et vous ne serez pas pris au sérieux si vous demandez à vos voisins de baisser le son tôt le matin ou tard le soir.
Une tenue correcte facilitera vos rapports avec la population ; ne portez pas de short dans les hauts plateaux.
Si cracher dans la rue est une pratique courante, roter en public n'entraîne que réprobation.
Bien qu'officiellement la discrimination soit proscrite, les Indiens (qui considèrent ce terme comme une insulte et préfèrent celui d'Indigènes) et la population noire sont traités en citoyens de seconde zone.

LANGUE
L'espagnol est la langue officielle, bien que le quechua soit parlé par les Indiens des hauts plateaux. Certains groupes des basses terres possèdent leur propre langue. L'anglais est compris dans les grands hôtels, les agences de voyages et les compagnies aériennes.

NOURRITURE
"Gastronomie" ne semble pas le mot idoine pour la cuisine équatorienne. Cependant, quelques spécialités calmeront agréablement votre faim, comme les caldos, soupes copieuses ou ragoûts, le cuy (cochon d'Inde) et le lechón (cochon de lait) grillés ou les llapingachos (crêpes de pommes de terre et de fromage). Sur la côte, vous vous régalerez de ceviche, une préparation à base de poisson ou de crevette, marinée avec du citron, de l'ail, de l'oignon, des piments et de la coriandre : un délice ! Les jus de fruit frais sont excellents, notamment celui de tomata de arbol.
Les bières locales, Pilsner ou Club, sont fort honnêtes, tout comme l'aguardiente et le rhum. Lors des fêtes, ne manquez pas de goûter la chicha (bière de maïs), souvent offerte dans la rue.

RELIGION
La religion dominante est le catholicisme, que les Indiens mêlent à leurs croyances traditionnelles.

ARTS
La richesse culturelle des populations indiennes fait de ce pays une terre bénie dans ce domaine. Vous pourrez admirer dans les musées archéologiques les superbes poteries et sculptures et les beaux ornements d'or et d'argent dus aux civilisations pré-colombiennes.
L'époque coloniale s'est illustrée par une profusion d'églises et d'objets religieux. Exécutés par les Indiens, ceux-ci ont mêlé leurs techniques à celles des Espagnols, réalisant ainsi de pures merveilles, peintes, sculptées et couvertes d'or ; ainsi est née l'Escuela de Quito (Ecole de Quito) qui prospéra aux XVIIe et XVIIIe siècles. Nombre de maisons coloniales ornent les anciens quartiers de Quito et de Cuenca. Quito est d'ailleurs classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.
Les Indiens comptent depuis toujours nombre de peintres et de sculpteurs de talent. Outre leur participation aux splendeurs de l'ère coloniale, vous verrez les oeuvres des artistes contemporains dans les musées et les galeries. Les habitants de la région de Pujili se sont spécialisés dans la peinture naïve sur peau de mouton ou de porc. Certains tableaux sont de purs chefs-d'oeuvre.
La musique andine traditionnelle tient une place importante et nombre de groupes animent les marchés, les bars et, parfois même, un coin de rue.
Le théâtre et la littérature jouent un grand rôle dans la vie équatorienne, mais les artistes et les écrivains restent méconnus hors des frontières.
L'artisanat (artesanía) est un véritable festival, des pulls en grosse laine et des ponchos d'Otavalo aux panamas et aux jupes brodées de Cuenca, en passant par les couvertures, les bijoux, la maroquinerie, la vannerie, les oiseaux de balsa de l'Amazone, etc. Une liste exhaustive serait interminable !

Quelques mots d'échange

Bonjour : Buenos días
Bonsoir : Buenas tardes
A bientôt : Hasta luego
Comment allez-vous ? : ¿Cómo estás?
Très bien, merci : Muy bien, gracias
Je ne comprends pas : No entiendo
Il fait chaud/froid : Hace calor/frío
J'ai faim/soif : Tengo hambre/sed
L'addition, s'il vous plaît : la cuenta (cuentita) por favor

Bibliographie

Guide

Guide du Routard Équateur et les Îles Galapagos 2015/2016 1 avril 2015 de Collectif

EQUATEUR ET ILES GALAPAGOS - 3ED 15 novembre 2012 de Collectif

Equateur 23 avril 2014 de Petit Futé

Cartographie

ECUATOR/GALAPAGOS 1/750.000 10 avril 2015 | Carte pliée de National Géographic

COLOMBIE / EQUATEUR 19 septembre 2014 de Collectif


Littérature

Jorge Salvador Lara, Historia contemporánea del Ecuador, Mexico, Fondo de cultura económica, 1994

Bien choisir votre chevauchée

Bien choisir votre chevauchée

Découvrez la vie des chagras, les cow-boys d'Équateur, à travers nos voyages à cheval en Équateur. Une randonnée à cheval en Equateur autour de l'impressionnant volcan du Cotopaxi pour découvrir le pays est un voyage très complet.

Chaque année, un voyage unique a lieu pour admirer la parade des chagras vous permet une immersion dans leur culture.