L'Ethiopie à cheval
Afrique

Randonnée équestre en Ethiopie

Si la vallée du Rift en Ethiopie symbolise la naissance de l'humanité, la région du Bâlé est, pour sa part, le berceau d'une tradition équestre en Ethiopie millénaire et la terre ancestrale des Oromos, l'un des derniers peuples cavaliers de la planète. Pendant votre randonnée à cheval en Ethiopie, vous découvrez cette nature audacieuse avec des plateaux à plus de 4000m, des canyons érodés, des forêts tropicales où l'on piste à cheval les loups d'Abyssinie. Au nord du pays se dissimule Lalibela, la Jérusalem noire, témoin d'un riche héritage chrétien orthodoxe. En Ethiopie, la beauté des rencontres transforment un voyage matériellement sommaire en une aventure humaine et équestre incomparable.
Voir tous nos voyages

L'avis des cavaliers

  • Les cavaliers d'Abyssinie
    Louis, 66 ans, PARMAIN
    Très belle rando (mais froid la nuit) avec des chevaux qui, pour la fougue et la fiabilité, peuvent dépasser les chevaux mongols.
    Découvrir ce voyage équestre
  • Les cavaliers d'Abyssinie
    Véronique, 41 ans, PALAISEAU
    Très beau pays : les paysages sont variés, les gens très accueillants, on a un beau mélange de culture entre musulman et chretien ortodoxe. Je ne m'attendais pas à voir autant de chevaux partout et en liberté et ça fait plaisir.
    Découvrir ce voyage équestre
  • A cheval en Ethiopie
    Randonnée dans le Parc National de Balé
  • Chevaux en Ethiopie
    Les chevaux harnachés traditionnellement
  • Ethiopie à cheval
    A cheval dans les grands espaces ethiopiens
  • ethiopie et région de balé
    Parc National de Balé
  • Ethiopie et rando à cheval
    Cheval en Ethiopie
  • Oromos et Ethiopie
    Rencontre avec le peuple des Oromos
  • Loup d'Abyssinie en Ethiopie
    Rencontre avec les loups d'Abyssinie
  • A cheval dans les forêts en Ethiopie
    Randonnée dans la forêt tropicale éthiopienne
  • L'Ethiopie à cheval
    A cheval dans le Parc National de Balé

Visa & santé

Formalités

En raison d’une réglementation pouvant évoluer dans des délais très courts, l’obtention d’un visa de tourisme à l’aéroport international de Bole - Addis Abeba n’est pas garantie. Aussi, il est recommandé aux voyageurs de solliciter un visa auprès d’une représentation diplomatique ou consulaire éthiopienne avant leur départ.

Un passeport en cours de validité et valable 6 mois après votre retour est indispensable dans presque tous les pays du monde pour les ressortissants français, belges et suisses. Vérifiez impérativement ce passeport. Il est de votre seule responsabilité d’obtenir votre passeport et de vous conformer à la réglementation d’entrée dans ce pays avant la date de votre départ.
Si vous voyagez avec des enfants mineurs, vérifiez les formalités de sortie du territoire les concernant. Vous pouvez demander des informations auprès de la mairie de votre domicile, ou de la préfecture et consulter le site : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

Pour l'obtention du visa, même procédure pour les Français, Belges et Suisses :
- À l’avance dans vos consulats respectifs
- Sur place à l’arrivée pour 20 USD.

Une demande de visa électronique est maintenant disponible.
Rendez vous sur : https://www.evisa.gov.et/#/home
La validité du passeport doit être supérieure à celle du visa sollicité.


En aucun cas, la responsabilité de Cheval d'Aventure ne pourra être recherchée si vous ne pouvez pas partir pour absence de passeport en règle ou de visa.

Conseils pour l'obtention du visa

Le 13 octobre 2013, une explosion accidentelle a été provoquée par des terroristes qui s’apprêtaient à commettre un attentat dans la capitale. Cet incident ne fait que confirmer la réalité du risque terroriste en Ethiopie, compte tenu de la situation régionale et de l’implication militaire éthiopienne en Somalie. Il est rappelé aux Français de faire preuve de vigilance dans les lieux publics, d’éviter les rassemblements (manifestations, célébrations religieuses), d’éviter les gares routières et les autobus municipaux, ainsi que les taxis privés de type mini-bus.
Il est conseillé de fréquenter exclusivement les hôtels, restaurants et les bars sécurisés.
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/ethiopie-12309/

Adresses des consulats

  • Ambassade d’Ethiopie
    35, avenue Charles FLOQUET
    75 007 Paris
    Tél. : 01 47 83 83 95
    Fax : 01 43 06 52 14
    embeth@free.fr
  • British Embassy in Ethiopia
    Comoros Street Addis Ababa 858 Ethiopia
    Addis Ababa
    Tél. : +251 11 6170100
    Fax :
  • Embassy of Ethiopia, London
    17 Princes Gate, Knightsbridge, London SW7 1PZ, UK
    SW7 1PZ London
    Tél. : +44 20 7589 7212
    Fax :
  • Ambassade d'Ethiopie
    Rue de Moillebeau 56
    Case postale 338
    1211 Genève 19
    Tél. :
    Fax : 022 919 70 29
  • Ambassade d'Ethiopie
    Avenue de Tervuren 231
    1150 Bruxelles
    Tél. : +32 (0) 2 771 32 94
    Fax : +32 (0) 2 771 49 14
  • Ambassade de France en Éthiopie
    Quartier Kabana
    PO Box 1464
    Addis Abeba
    Tél. : +251 (0) 11 140 00 0
    Fax :
    contact@ambafrance-et.org

Santé

Pour ce pays :
Pour un voyage en altitude, une visite chez le dentiste est conseillée.

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez un contrat auprès d’une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.

La vaccination :
- La vaccination contre la fièvre jaune peut être exigée à l’entrée du pays pour les voyageurs en provenance de pays où elle est endémique.
- La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée.
- Autres vaccinations conseillées : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
- Il est préférable d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135.
- Chez l’enfant, la vaccination anti-tuberculeuse est souhaitable, de même la vaccination Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR).
- La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Traitement anti-paludéen
Le “Palu” est une maladie grave contre laquelle il n’existe pas de médicament à 100 % efficace. Elle est la conséquence de la transmission d’un parasite par la femelle du moustique Anophèle.
L'Ethiopie est en zone 3 au niveau du paludisme: les hauts plateaux du nord et les montagnes du Simien sont moins touchés mais il est impératif de vous prémunir contre les risques du paludisme qui sont très élevés dans le sud.
Devant l’évolution rapide de résistance a certains traitements préventifs, il est indispensable de consulter avant votre départ un organisme spécialisé pour connaître le traitement adéquat et sa posologie.

En plus du traitement médical, essayez d’éviter au maximum les contacts avec les moustiques. Ces derniers piquent le soir et la nuit. Aussi, il convient d’appliquer des produits répulsifs sur les parties découvertes du corps et d’éviter de sortir, non couvert, après la tombée de la nuit.
Enfin, si vous développez une fièvre à votre retour, indiquez tout de suite à votre médecin que vous rentrez d’Afrique de l’Est.

Avant votre départ, nous vous conseillons de consulter votre médecin, qui seul pourra vous fournir des indications fiables sur votre état de santé général, et qui fera un point sur vos vaccinations habituelles ainsi que sur les vaccinations recommandées pour votre destination.

Sur les sites suivants, vous trouverez des conseils à suivre avant votre départ :
O.M.S - http://www.who.int/fr/
Institut de veille sanitaire - http://www.invs.sante.fr/
Institut Pasteur - http://www.pasteur.fr


La majorité des hôpitaux ont un service pour les maladies infectieuses et tropicales. Pour plus d'informations, veuillez consulter celui le plus proche de chez vous.

La responsabilité de Cheval d'Aventure ne saurait être engagée dans le cas où vous devriez rentrer en France à cause du non respect de ces obligations personnelles de santé.

Assurance

Vous devez absolument être assuré en assistance et rapatriement pour participer à nos voyages.

Nous vous proposons une assurance MULTIRISQUES comprenant l'annulation, l'interruption et l'assistance rapatriement pour tous les pays du monde où nous voyageons. En cas d'incident au cours du voyage, les accompagnateurs connaissent bien les procédures de rapatriement ou d'assistance. Leur mise en jeu est ainsi largement facilitée.

Si vous ne souscrivez pas notre assurance MULTIRISQUES, nous vous demandons de signer une décharge de responsabilité et de vérifier que vous êtes assurés par ailleurs. Vérifiez les garanties souscrites et les processus de déclenchement, emportez avec vous le numéro de téléphone d'urgence de votre assurance.

Enfin, faire une liste chiffrée du contenu de votre sac peut également être une bonne précaution en cas de destruction ou de perte de celui-ci !

Informations pays

Carte d'identité du pays

Intitulé officiel : République fédérale et démocratique éthiopienne
Capitale : Addis-Abeba
Superficie : 1 127 127 km2
Population : 90,9 millions d'habitants
Langue : ahmarique, oromo, tigrinya, guragé...
Religion : 60,8% de chrétiens (50,6% d'orthodoxes et 10,2% de protestants), 32,8% de musulmans, 4,6% de religions traditionnelles
Régime politique : république fédérale démocratique
Président : Sahle-Work Zewde
Premier ministre : Abiy Ahmed Ali
Peuples et ethnies : 32,1% d'Oromos, 30,1% d'Amharas, 6,2% de Tigréens, 5,9% de Somalis, 4,3% de Gurages, 3,5% de Sidamos, 2,4% de Wolayttas
Le saviez-vous ? : Dessine-moi un coeur rouge... Les babouins Gelada peuplent les escarpements de la vallée du Rift et les montagnes du Siemens. Les mâles portent sur la poitrine une zone de peau nue et rouge. Au moment du rut, cette tache grossit comme un gros coeur rouge pour la saison des amours...

Le saviez-vous ? : Les babouins Gelada peuplent les escarpements de la vallée du Rift et les montagnes de Siemens. Les mâles portent sur la poitrine une zone de peau nue et rouge qui grossit au moment du rut, dessinant un gros cœur rouge pour la saison des amours...

Données socio-économiques

PIB : 41,05 milliards de $US

Histoire

C'est dans la vallée du Rift, berceau de l'humanité, que furent découverts en 1974 les restes du plus ancien hominidé (Lucy, 3,5 millions d'années). Depuis 5 000 ans, l'histoire des dirigeants éthiopiens est consignée dans les archives du pays, et bien que celle-ci ne soit pas corroborée par d'autres écrits, la Bible mentionne des épisodes de l'histoire éthiopienne datant de 1000 avant J.-C. Selon ces sources, le premier empereur d'Éthiopie serait Ménélik, fils de la reine de Saba, le dernier représentant de la dynastie étant Hailé Sélassié, investi en 1930 et renversé en 1974.

Selon la tradition locale, les premiers Éthiopiens étaient juifs. De fait, le pays abrita longtemps une communauté juive, les Falachas, dont les derniers membres finirent par émigrer en Israël à la fin des années 1980.
Le christianisme est introduit dans le royaume d'Axoum par l'Église égyptienne copte au VIe siècle. Au VIIe siècle, les armées musulmanes parties en guerre sainte de La Mecque en 632 pénètrent peu à peu dans la corne de l'Afrique et, bien que le royaume chrétien d'Axoum se soit retrouvé isolé durant de longs siècles, il résiste face à l'expansionnisme de l'islam.

Au cours du second millénaire, le royaume est assailli de toutes parts. Des tribus païennes contraignent les empereurs éthiopiens à abandonner leurs villes et, provisoirement, à devenir nomades ; les musulmans envahissent l'est du pays au XIIe et au XIVe siècle ; et au XVIe siècle, les royaumes islamiques, qui bénéficient alors du soutien de l'empire Ottoman, mettent le pouvoir d'Axoum en péril.
C'est au XVIIIe siècle, après une longévité remarquable, que l'empire finit par se morceler et durant un siècle, les princes des différentes provinces se livrent une guerre incessante. Le royaume est réunifié en 1855 par Rass Kassa, qui se sacre lui-même empereur Théodoros II. Il se donnera la mort quelques années plus tard, assiégé dans sa forteresse par une expédition militaire britannique. Suite au creusement du canal de Suez (1869), les puissances européennes se disputent le contrôle de la région. En 1936, le pays est envahi par les troupes de Mussolini et l'Éthiopie ne regagne son indépendance qu'en 1941, avec la reddition italienne.En 1962, l'empereur Hailé Sélassié annexe l'Érythrée et déclenche une guerre civile de trente ans. L'homme est considéré au départ comme un héros national. Mais devant l'enrichissement abusif de l'Église et d'une petite élite, alors que des millions de paysans sans terre meurent de faim, l'opinion finit par se retourner contre lui. En 1974, étudiants, ouvriers, paysans et forces armées se soulèvent, l'empereur est destitué et une dictature militaire prend la relève. Sous l'autorité de Mengistu Hailé Mariam, le nouveau gouvernement - le Derg - se tourne vers l'URSS. Déjà instable, le pays se trouve d'autant plus fragilisé : Érythréens et rebelles somalis profitent de ce chaos pour mener des actions armées. Les troupes soviétiques et cubaines interviennent pour repousser les forces rebelles mais ne peuvent venir à bout de la guérilla.

Mengistu tente de renforcer son emprise en instituant un parti unique, des comités du peuple, et pratique des transferts de population, qui ne font qu'accroître le problème de la famine. Les Érythréens prennent le principal port d'Éthiopie, le Front de libération du Tigré se joint au combat, les Soviétiques se retirent. Alors que le cours du café chute, une famine sans précédent ravage le pays. En mai 1991, Mengistu s'exile tandis qu'une coalition rebelle conduite par le Tigréen Mélès Zénawi prend le pouvoir. Dans un pays en ruine, où six millions de personnes meurent de faim, le nouveau gouvernement décide malgré tout de promouvoir la démocratie.

La nouvelle Constitution, ratifiée en 1994, donne le droit aux neufs régions d'Éthiopie à l'autodétermination et à la sécession. Les premières élections parlementaires du pays qui se tiennent en 1995 plébiscitent le Front démocratique révolutionnaire du peuple Éthiopien à 98% tandis que les principaux partis d'opposition boycottent les urnes. Mélès Zénawi devient Premier ministre et s'entoure de ministres en majorité tigréens, le développement du secteur privé et l'amélioration de la sécurité alimentaire constituant les deux priorités du gouvernement. Les relations avec l'Érythrée se détériorent jusqu'à l'éclatement d'un conflit armé en juin 1998, qui aboutit à la fermeture des frontières. Deux ans plus tard, l'Éthiopie défait les forces érythréennes et un accord de paix est signé entre les deux pays. Endetté par la guerre, le pays obtient du FMI une aide à la reconstruction. En octobre 2001, Girma Wolde-Giorgis, 76 ans, inconnu du grand public, est élu président de la république. Meles Zenawi devient 1er ministre.

Entre 2001 et 2004, le pays subit quelques troubles épisodiques : manifestations étudiantes (40 morts), incidents meurtriers en mai 2002 et février 2004 à Gambella. Les élections législatives de mai 2005 ont alors montré une forte progression de l'opposition, qui a décidé de boycotter le Parlement. Meles Zenawi a été reconduit au poste de 1er ministre.
2005 - Les élections législatives de mai 2005 ont alors montré une forte progression de l'opposition, qui a décidé de boycotter le Parlement. Mélès Zenawi a été reconduit au poste de Premier ministre. Au début du mois de novembre de la même année, de violentes manifestations ont lieu à Addis-Abeba, provoquant la mort d'au moins 33 personnes et l'arrestation de 2 000 opposants, dont des dirigeants du CUD.
2006 - En juillet 2006, les milices des Tribunaux islamiques prennent le contrôle de Mogadiscio et les tribunaux islamiques déclarent la "guerre sainte" contre le gouvernement. En décembre, le général Mengistu, ancien dictateur, est reconnu coupable de génocide par la justice éthiopienne.
2007 - Girma Wolde-Giorgis est réélu le 9 octobre 2007 président de la République.
2010- le FDRPE et ses alliés ont remporté la quasi-totalité des sièges de la chambre basse.
2011 : Crise alimentaire
2012 : Meles Zenawi décède en pleine fonction après 21 ans au pouvoir, Haile Mariam Dessalegn est désigné comme Premier ministre par la Chambre des Représentants des Peuples.

Géographie

GEOGRAPHIE :
Située à la pointe orientale du continent, la corne de l'Afrique, l'Éthiopie est enclavée entre le Soudan à l'ouest, l'Érythrée au nord, la minuscule république de Djibouti et la Somalie à l'est, et le Kenya au sud. D'une superficie de 1 127 000 km2, elle est dominée par un haut plateau central, coupé de profondes gorges dont la vallée du Rift. Les terres agricoles, concentrées autour des plaines fluviales du Nil Bleu, dans l'ouest du pays, ne représentent que 12% du territoire et sont essentiellement consacrées à la subsistance du pays.


FAUNE ET FLORE :

Au cours des 30 dernières années, près de 77% des forêts éthiopiennes ont été décimées pour répondre aux besoins en combustible et en bois de construction. A la fin du XIXe siècle, des eucalyptus d'Australie furent introduits pour lutter contre la déforestation, mais ces arbres au développement très rapide ont eu un effet dévastateur sur l'environnement : la faune endémique ne les apprécie guère et rien ne pousse autour de leurs racines, si bien que les forêts d'eucalyptus ne font que précipiter l'érosion du sol.
La vie animale éthiopienne est également en déclin. On recense surtout de nombreuses espèces d'antilopes et quelques singes, comme le babouin. En revanche, le pays abrite plus de 830 espèces d'oiseaux et il n'est nul besoin de s'aventurer dans les zones les plus reculées pour les observer.


PARCS NATIONAUX

Créés sous le règne de Haïlé Sélassié, les parcs nationaux ont beaucoup souffert des méfaits collatéraux de la guerre civile et des années d’inaction qui ont suivi. Aujourd’hui l’Ethiopie semble prendre conscience de la richesse de sa biodiversité et tente de restructurer ses espaces protégés par des mesures de protection plus strictes, la réintroduction d’espèces, le développement d’infrastructures touristiques et l’implication de sociétés étrangères, notamment sud-africaines, pour une meilleure gestion des parcs.

Exemple : le Parc national des montagnes du Simien abrite 3 espèces phares de la faune éthiopienne : l’ibex Wallia, le loup du Simien et le babouin Gélada. Le ciel est dominé par les grands rapaces dont l’impressionnant gypaète barbu.

Le tourisme fournit d’importants revenus utilisés pour soutenir le travail de protection des Parcs Nationaux. Il est ainsi un facteur de développement qui permet l’éducation et le bien être des communautés locales, vivant dans ces parcs.

Au cours de votre voyage, nous vous rappelons qu'il est interdit de ramasser quoi que ce soit (os, restes d'animaux, cueillir des fleurs, plantes,...). Les feux ne sont autorisés que dans les lieux de campement, et doivent être éteints avec grand soin avant votre départ. Et nous vous demandons de veiller attentivement à ne rien laisser derrière vous après votre départ (mégots de cigarettes, déchets divers, restes du pique nique...).

Peuple, culture et traditions

COUTUMES :
La vache est depuis des siècles la principale richesse de l'Éthiopie, et les produits laitiers sont très répandus : si les nobles avaient autrefois coutume de fêter la millième vache du troupeau en se baignant dans son lait, la tradition d'offrir un bol de lait frais (wätet) aux voyageurs est demeurée intacte dans les villages. Des dérivés laitiers, le beurre (qäbé) est le plus important : on l'utilise bien entendu en cuisine, dans les sauces et les plats, voire dans le café, dont le service est une véritable cérémonie. Mais le beurre est aussi le produit cosmétique par excellence, prisé par les femmes coquettes - et jusqu'au XIXe siècle, par les guerriers. Le qäbé est aussi utilisé comme soin capillaire (90% des habitants d'Addis-Abeba l'utilisent régulièrement), couplé dans les salons de coiffure avec le casque à vapeur qui le fait fondre, et même comme médicament pour lutter contre la migraine.

LANGUE :
Il existe en Éthiopie autant de langues que d'ethnies, soit environ 80 en tout, qui se rattachent à quatre grandes familles de langues : sémitique, couchitiques, nilotique et omotique.
L'amharique, parlé dans le centre du pays, est la langue administrative mais le tigrinya, utilisé dans le Nord, et l'orominya, dans le Sud, ont également un statut semi-officiel.
Les Oromos, le plus grand groupe ethnique du pays, rassemblent des chrétiens, des musulmans et des animistes traditionnels.
L'amharique et le tigrinya utilisent l'alphabet guèze, qui se compose de pas moins de 231 lettres (ne ratez surtout pas l'occasion de voir les extraordinaires machines à écrire amhariques).
L'anglais est enseigné au collège et la plupart des Éthiopiens en maîtrisent au moins les premiers rudiments.

ARTS :
Traditionnellement chrétienne, la littérature éthiopienne est née avec les premières traductions en guèze d'ouvrages chrétiens grecs. Ce n'est toutefois qu'au XIIIe siècle que l'on assiste à une véritable production littéraire en guèze. A cette époque de nombreux écrits coptes, syriaques et grecs sont en effet traduits à partir de l'arabe. Environ deux siècles plus tard, l'intérêt des écrivains guèzes s'étend aux oeuvres originales, partant de la vie des saints pour découvrir ensuite des livres apocalyptiques. Au XVIe siècle, l'amharique prend le pas sur le guèze, encore une fois à travers la traduction d'oeuvres religieuses. Ce n'est pas avant la fin de la Seconde Guerre mondiale que les auteurs amhariques commencent à aborder des thèmes nouveaux comme la morale et le patriotisme. On retiendra notamment les noms de Makonnen Endalkaches, Kebede Mikael et Tekle Tsodeq Makuria.

GASTRONOMIE :
Base de l'alimentation éthiopienne, l'injera est une étonnante galette spongieuse élaborée à partir de la farine d'un mil particulier, le tef. La viande et les légumes sont généralement cuisinés dans une sauce pimentée appelée wat, dont les variantes fortes et douces prennent respectivement le nom de kay et d'alicha. La province méridionale de Kaffa revendique les plantations de café les plus anciennes au monde et le haricot pousse en Éthiopie depuis trois millénaires. On peut déguster de bons capuccini, voire des macchiati, à Addis-Abeba. La boisson locale est le tella, une bière à base d'orge ou de maïs, mais on sert aussi du tej, un breuvage additionné de miel et de l'arakie, un alcool de céréale extrêmement fort.

RELIGION :

Christianisme :
43,5 % de la population éthiopienne est membre de l'Église éthiopienne orthodoxe
18,6 % sont protestants tels que les membres de l'Église éthiopienne orthodoxe Tehadeso, du P'ent'ay et de l'Église évangélique éthiopienne Mekane Yesus,
0,7 % se réclament de l'Église catholique éthiopienne.

Islam

Judaïsme

Quelques mots d'échange

ras

Bibliographie

Guide

* Ethiopie 4 septembre 2014 de Luigi Cantamessa et Marc Aubert
* Petit Futé Ethiopie13 novembre 2013 de Petit Futé
* Ethiopie méridionale : journal de mon voyage aux pays Amhara, Oromo et Sidama, (Éd.1890)1 mai 2012 de Jules Borelli

Cartographie

Carte Cartographia Ethiopie 21 juin 2006 de Cartographia

Littérature

L'Ethiopie contemporaine sous la direction de Gérard Prunier - CFEE Karthala 2007

Bernd Bierbaum, Ethiopie, entre ciel et terre, éditions du Sextant, 2007

Concernant les Peuples du Sud, cet ouvrage, un peu pointu, fait une synthèse des recherches ethnographiques de l'auteur : les fusils jaunes, générations et politiques en pays nyangatom - Serge Tornay 2001

L'empire mythique, Textes et photos de : Olivier Bourguet. Collection : mémoires du monde.